Nouveaux statuts : dernière étape le 5 mai

Publié le 21 Avril 2015

A sept petites semaines du Congrès national du 30 mai lors duquel sera proposé à tous les membres de notre famille politique la rénovation et la transformation de notre parti, Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente, a présenté ce mardi au président Nicolas Sarkozy, puis ensuite au Bureau politique ce qui devrait être les futurs statuts de notre mouvement.

Au lendemain de son élection, Nicolas Sarkozy avait chargé Nathalie Kosciusko-Morizet de préparer les futurs statuts de notre mouvement au travers d'une commission ad hoc (Commission des statuts) qui, depuis le 13 janvier, réunit tous les quinze jours une soixantaine de membres en séance plénière et d'une façon pus rythmée en sous-groupes de travail.

« Pour mener à bien nos réflexions, nous nous sommes appuyés sur le questionnaire envoyé aux militants ainsi que sur les contributions individuelles et collectives de nos militants », précise Nathalie Kosciusko-Morizet.
Si certains sujets comme la suppression des mouvements ont été considérés comme tranchés et acquis depuis l'élection de Nicolas Sarkozy car découlant de sa campagne, d'autres, plus complexes, ont fait l'objet de débats.
« De ces débats nous avons voulu que nos futurs statuts traduisent l'esprit de notre future formation politique et notre volonté de faire de la place à la jeune génération issue des élections municipales de mars 2014 et des élections départementales de mars 2015 », résume Nathalie Kosciusko-Morizet . Une volonté manifestée autour « de trois principes : plus de démocratie, plus de décentralisation et de responsabilités pour ls cadres de notre formation et plus de modernité », poursuit Nathalie Kosciusko-Morizet.

Et pour symboliser ces trois principes la vice-présidente de l'UMP prend des exemples concrets ; Ainsi, l'élection de chaque président de fédération départementale, aujourd'hui réservée aux comités départementaux, se déroulera au suffrage universel des militants. « C'est à la fois une mesure qui va dans le sens de la démocratie, de la décentralisation et donne une plus forte légitimité aux présidents élus. C'est la fin des notables et l'ère du suffrage universel à tous les étages. Les élus et les cadres sont mis en responsabilité », relève Nathalie Kosciusko-Morizet.

Autre exemple, celui de la composition du Bureau politique, l'organe politique de notre mouvement. Sa structure sera modifiée avec une ouverture aux élus parlementaires comme Nicolas Sarkozy l'avait annoncé durant sa campagne à la présidence de l'UMP. « C'est la suite logique de ce mouvement initié aux municipales et aux départementales et qui fera une meilleure place à cette nouvelle vague », note Nathalie Kosciusko-Morizet.

La présentation de ces statuts au président de l'UMP puis au Bureau politique a obtenu un « accord très général. Quelques sujets resteront encore à trancher le 5 mai », note Nathalie Kosciusko-Morizet. Parmi ces sujets la date des élections internes (fédérations) qui se dérouleront soit avant ou soit après l'été mais aussi le nombre et la composition du Bureau politique « qui sera paritaire », relève avec satisfaction Nathalie Kosciusko-Morizet. L'ensemble des nouveaux statuts devrait donc être définitivement adopté au Bureau politique du 5 mai prochain lors duquel devrait être officialisé le nom de notre nouvelle formation politique.

Rédigé par UMP29 - 2ème et 3ème circonscription

Publié dans #UMP refondation, #Nouveaux statuts

Repost 0
Commenter cet article